L’ASSOCIATION DES JARDINIERS DE FRANCE

 

 

Créée en 1876, c’est une des plus anciennes associations de jardiniers amateurs. Avec un tel passé, elle a accumulé des savoirs et des savoir-faire importants, notamment sur le jardinage au naturel dont nous avons fait notre charte.

 

Toute son histoire est celle du partage du savoir et de l’échange entre jardiniers.

La Semaine pour les alternatives aux Pesticides est une opération nationale et internationale annuelle ouverte à tous visant à promouvoir les alternatives aux pesticides. Pendant les 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, le public est invité à mieux s’informer sur les enjeux tant sanitaires qu’environnementaux des pesticides et sur les alternatives au travers de centaines de manifestations partout en France et dans une vingtaine d’autres pays.  Cet évènement est devenu incontournable. Il s’agit du temps fort de mobilisation citoyenne sur le dossier pesticides en France.



Ajouté le 13/02/2017 par FB - 0 réaction - INFORMATIONS

L'association des Jardiniers de Fance lance sa campagne d'adhésion pour 2017.

 

Les bénévoles qui maintenant gère l'association demande le soutien des anciens et des nouveaux adhérents, Soit par une adhésion, Soit par un don.

 

L'arrêt des ventes de pesticides à destination du grand public programmé dans quelques mois, doit être le moment pour les jardiniers amateurs d'échanger sur les différentes méthodes qui nous aideront  a entretenir nos jardins de façon naturel.

Vous êtes dèjà nombreux a avoir modifié votre comportement pour le bien être de notre environnement et notre planète.

 

L'association des Jardiniers de France est lideur depuis de nombreuses années dans ce domaine, grace à sa charte et son réseau de bénévoles qui animent des ateliers de bonnes pratiques.

 

Venez nous rejoindre pour échanger vos pratiques et vos connaissances.

 

 

J'adhère



Ajouté le 31/01/2017 par FB - 0 réaction - INFORMATIONS

La « guerre de l’ortie » va-t-elle prendre fin ? Voilà plus de dix ans que des associations luttent pour que les préparations naturelles dites « peu préoccupantes » (PNPP), comme le purin d’ortie, de prêle mais aussi l’argile ou le vinaigre blanc, ne soient plus soumises aux mêmes règles que les substances chimiques de synthèse (pesticides, engrais...). L’homologation de ces préparations naturelles alternatives se révélait jusque-là non seulement coûteuse – 40 000 euros en moyenne pour le dépôt d’un dossier – mais aussi très chronophage – plusieurs années pour obtenir l’homologation. En juillet 2014, un pas législatif avait été franchi, avec l’adoption de la loi d’avenir agricole qui reconnaît un régime simplifié pour l’utilisation et la commercialisation des PNPP.

L’application de la loi se faisait attendre. Ce 30 avril, le ministère de l’Agriculture a enfin publié le décret relatif à la procédure d’autorisation des substances naturelles à usage biostimulant, jusque là appelées « PNPP » [1]. Une publication, « longuement attendue », dont se félicite l’association professionnelle pour la reconnaissance des préparations naturelles peu préoccupantes (Aspro-PNPP), qui défend depuis des années la reconnaissance de ces alternatives aux produits de synthèse souvent cancérogènes et polluants.

Une liste de produits autorisés à élargir

« Les produits qui contiennent uniquement une ou plusieurs substances autorisées par l’arrêté mélangées avec de l’eau, et donc accessibles à tout utilisateur, peuvent désormais être mis sur le marché sans autre formalité », précise le ministère de l’Agriculture. « L’autorisation de ces substances est ainsi simplifiée, plus rapide et chacun peut donc fabriquer et commercialiser ses propres produits pour stimuler la croissance des plantes. » Une première liste comprenant plus d’une centaine de substances naturelles autorisées a ainsi été publiée simultanément le 30 avril [2].

Cette liste doit être complétée par d’autres substances, après une évaluation de l’Agence nationale de sécurité sanitaire garantissant qu’elles ne présentent pas d’effet nocif sur la santé humaine, la santé animale et l’environnement. « Les substances qui figurent dans l’arrêté ne correspondent pas vraiment à ce qu’on utilise », regrette Jean-François Lyphout, de l’Aspro-PNPP. « Certes, il y a l’ail, l’ortie, la sauge... Mais on ne trouve par exemple aucune substance d’origine minérale ou animale comme le petit lait. Le décret est bon, mais l’arrêté est limitant. Tout n’est donc pas réglé. » L’association espère des « décisions rapides » de l’Agence nationale de sécurité sanitaire pour élargir la liste des alternatives aux pesticides de synthèse.

[1] Voir le décret

[2] Voir la liste de ces substances naturelles

Source http://www.bastamag.net/

 



Ajouté le 19/05/2016 par FB - 0 réaction - INFORMATIONS

Informations générales

 

Depuis le 21 janvier 2016,  un nouveau site a été mis en ligne. Ce site sera alimenté par une équipe de bénévoles . Il vous propose les informations utiles sur notre association.

 

Vous trouverez plusieurs espaces pour répondre à vos attentes.

Un outil vous permettant d'adhérer en ligne (paiement en carte bleue ou chèque).

 

Chaque correspondant pourra nous adresser les informations sur ces ateliers, des articles de presse mettant en avant les activités de son club, tout autre élément utile pour son club.

 
D'autres fonctionnalités seront proposées pour le compléter. Il a été réalisé totalement gratuitement grace à la négociation engagée avec l'hébergeur. 

 

François et Patrick



Ajouté le 21/01/2016 par PO - 0 réaction - INFORMATIONS